Energies renouvelables ou énergie nucléaire?

energies-renouvelables-comwattnews entreprises et startups innovantes

 

Si les énergies classiques coûtent cher, l’énergie solaire et éolienne est rentable. Comwatt, startup française innovante qui milite pour un mix entre énergies renouvelables et energie nucléaire, nous l’explique par l’intermédiaire de Grégory Lamotte, son fondateur.

Le constat est très difficile à avaler : la France devrait remplacer une centrale nucléaire sur deux au moins par des systèmes d’énergies renouvelables, l’Europe n’innove pas de façon très visible et la Californie attire toujours plus.

La bonne nouvelle, s’établir en Europe, et en France en particulier est plus rentable qu’en Californie et la société Comwatt fera tout jusqu’au bout pour se développer en France, même s’il reste encore beaucoup de lourdeurs et de freins à la croissance qu’il rêve voir s’estomper un jour.

Comwatt ça sert à quoi ? En gros et dit rapidement, c’est pour l’autoconsommation, et la production sur place. C’est fait pour baisser sa facture. Grégory Lamotte explique que Comwatt permet aux energies renouvelables d’être rentables sans subventions et pèse donc moins sur le contribuable.

Il nous fait remarquer que la nouvelle génération des centrales nucléaires EPR (European Pressurized Reactor) coûte cher, et va produire l’energie 10 a 12 centimes par kwh. Ce prix est élevé et le courant n’est pas transporté. Si on rajoute le prix du transport on arrive a 17centimes alors qu’aujourd’hui un particulier va payer tout compris avec Comwatt 10centimes du kwh !

Il insiste sur le fait que produire en renouvelable coûte deux fois moins cher et note d’ailleurs qu’aucun banquier ne cautionnerait une transaction de centrale nucléaire aujourd’hui.

La société Comwatt a prévu de commencer son développement en Californie, où le marché évolue plus rapidement. Là bas la startup est bien positionnée et en phase d’homologation américaine. Elle prévoit aussi de s’attaquer aux marchés suisse, hollandais, allemand, italien.

Comwatt amène un outil, l’avantage du solaire pas cher, mais cet outil n’est pas produit au bon moment lorsqu’on a besoin de se chauffer l’hiver. Le solaire produit deux fois moins l’hiver que l’été mais couvre néanmoins pas mal de besoins. L’hiver on a moins de solaire mais plus d’éolien et l’un et l’autre peuvent se compenser.

Grégory compare ses clients à un bateau à voile quand il y a du vent. Energie nucléaire et énergie renouvelable se côtoient en alternance. Les clients de Comwatt arrivent à être autonomes à 80%, à 30% l’hiver, la moyenne sur l’été. Comwatt milite pour un mix énergétique, et estime que la bonne place c’est 30% sachant que l’Ademe a montré depuis 2015 qu’on pouvait d’ici 2050 être couverts à 100% par des énergies renouvelables été comme hiver.

Selon Grégory Lamotte il y a en France des centrales vieillissantes, qu’il serait trop coûteux de rénover, il faudrait en fermer la moitié et coexister avec du renouvelable qui est moins cher. Il précise qu’année après année, les coûts du renouvelable sont de plus en plus bas et que les français croient à tort que le renouvelable est hors de prix et toujours subventionné.

Grégory aime comparer EDF et Kodak. Il explique qu’EDF devrait réagir pour ne pas se retrouver dans la même impasse que Kodak qui s’est retrouvé coincé même s’il a inventé son appareil photo numérique.

EDF devra abandonner peu à peu les énergies du passé pour les énergies renouvelables car demain l’énergie solaire sera gratuite et du coup le modèle économique va changer et EDF ne se retrouvera plus devant les mêmes marchés. En France on va devoir le faire sinon cela coûtera trop cher aux contribuables.

Chaque année qui passe est une année perdue dans la conquête de ces nouveaux marchés, et avec elle, la création de nouveaux emplois. (le renouvelable et le démantèlement nucléaire emploieraient six fois plus de personnes).

La startup, basée à Montpellier est actuellement structurée avec une petite équipe de chercheurs des secteurs de l’intelligence artificielle, du big data, des télécommunications sans fil, et de la gestion de la modélisation des bâtiments.

Les recrutements se font sur candidatures spontanées et le fondateur de Comwatt considère que la collaboration avec les universités européennes n’est pas allée assez vite.

En matière de collaboration avec les universités c’est plutôt Berkeley et Stanford en Californie qui ont été choisies car il y a trouvé des technologies qu’il n’avait pas. Il s’est donc rapproché de startups américaines pour travailler avec elles.

Comwatt a été sensible à une partie de leur recherche économique du futur et a donc noué un partenariat technologique et économique aux USA.

Il se pose la question de savoir qui est innovant dans le monde pour l’automobile, l’aérospatiale, ou le téléphone, et pour toute réponse se tourne vers la Californie, où Comwatt a d’ailleurs rencontré Google, Tesla, et Apple. Grégory se dit plutôt baigné dans la culture de ce monde là plutôt que dans la culture européenne qu’il juge être « en retard » par rapport à la technologie.

En revanche, Gregory Lamotte est très attaché à son pays. Il reste a Montpellier et testera toutes les solutions possibles pour éviter de partir comme le font de nombreuses startups.

Il a créé 20 emplois en France. Il a vite compris que la même structure en Californie lui aurait coûté trois fois plus cher. Ses salaires sont trois fois plus bas qu’aux USA car la vie est bien plus chère aux Etats-Unis. Quand il rencontre des banquiers américains ceux-ci sont très surpris de constater les faibles coûts des salaires de ses chercheurs et les facilités offertes par notamment le crédit impot recherche français.

Il préfère donc investir en France plutôt qu’en Californie car pour bénéficier de fonds d’investissements américains ceux-ci demandent à la startup de déménager au Etats-Unis.

Challenge pour le futur proche : Comwatt travaille actuellement avec des banquiers pour attaquer le marché australien où le dossier est bien avancé dans un pays de 26 millions d’habitants ou l’énergie est très chère et où il y a beaucoup de soleil. Affaire à suivre…

Nadia Didelot pour Open Connection – http://www.open-connection.com

Be the first to comment on "Energies renouvelables ou énergie nucléaire?"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*