Découverte inédite depuis le sol de deux exoplanètes en interaction

cnrs@CNRS

le 2 juillet 2020

Quelques exoplanètes en interaction ont déjà été repérés grâce à des satellites. Une nouvelle prouesse vient d’être accomplie avec la détection, pour la première fois, d’un tel système extrasolaire directement depuis le sol. Une collaboration internationale comprenant des chercheurs du CNRS a ainsi découvert un système planétaire singulier, nommé WASP-148, en utilisant notamment l’instrument français Sophie à l’Observatoire de Haute-Provence (CNRS/Aix-Marseille Université). Les scientifiques ont ensuite analysé le mouvement de l’étoile et en ont déduit qu’elle hébergeait deux planètes : WASP-148b et WASP-148c. Ces observations ont montré que les deux planètes étaient en forte interaction, ce qui a pu être confirmé avec d’autres mesures.

Alors que la première planète, WASP-148b, effectue le tour de son étoile en presque neuf jours, la seconde planète, WASP-148c, met un temps quatre fois plus long. Une telle proportion entre les périodes orbitales implique que le système WASP-148 est proche de la résonnance, c’est-à-dire que l’interaction gravitationnelle entre les deux planètes est amplifiée. Et il s’avère que les astronomes ont effectivement observé des variations de la période orbitale de ces planètes. Tandis qu’une planète seule, sans l’influence d’une seconde, se déplacerait avec une période constante, WASP-148b et WASP-148c subissent des accélérations et décélérations qui témoignent de leurs interactions. Ces travaux seront prochainement publiés dans la revue Astronomy & Astrophysics.

Vue d’artiste du système exoplanétaires en forte interaction WASP-148. La planète WASP-148c est visible au premier plan. On voit au second plan la planète WASP-148b en transit devant l’étoile autour de laquelle les deux planètes sont en orbite. (© Institut d’astrophysique de Paris, Mark A. Garlick).

Observatoire de Haute-Provence. Le spectroscope Sophie (installé au télescope de 193 cm, au deuxième plan) a contribué à la détection et à la caractérisation du système exoplanétaire WASP-148. © OSU Pytheas / CNRS / AMU

Mesures (en rouge) de la vitesse radiale de l’étoile du système planétaire WASP-148 avec le spectroscope Sophie à l’Observatoire de Haute-Provence. Ces observations mettent en évidence des variations de la vitesse de l’étoile provoquées par les planètes WASP-148b (à gauche) et WASP-148c (à droite). Les lignes noires représentent le modèle théorique ajustant au mieux les points de mesure. © G. Hébrard et al.

Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS)

Le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) est un organisme public de recherche fondamentale (Etablissement public à caractère scientifique et technologique, placé sous la tutelle du Ministre chargé de la Recherche).

Fondé par le décret-loi du 19 octobre 1939 pour « coordonner l’activité des laboratoires en vue de tirer un rendement plus élevé de la recherche scientifique », le CNRS est réorganisé après la Seconde Guerre mondiale et s’oriente alors nettement vers la recherche fondamentale. En 2019, il a fêté ses quatre-vingts années d’existence.

Il exerce son activité dans tous les champs de la connaissance, en s’appuyant sur 1260 unités de recherche et de service.

Source: CNRS

Be the first to comment on "Découverte inédite depuis le sol de deux exoplanètes en interaction"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.